Linkedin twitter
Newsletter Menu

Flandre Belge : GNL ready !

Klaas VAN CAUWENBERG, Policy Officer au Département Mobilités et Infrastructures du gouvernement de la région flamande nous expose l’exemple inspirant d’une région qui a développé une chaîne de valeur GNL complète en partant du maritime pour s’étendre aux transports terrestres en passant par le fluvial. Récit :

 

C’est en 2010 que la question du GNL a commencé à s’imposer, suite à l’entrée en vigueur des premières réglementations européennes SECA ; rappelons-en brièvement l’évolution : pour la zone SECA, émissions de SOx limitées à 1% en 2010 puis 0,1% à partir de 2015 ; hors zone SECA, émissions de SOx limitées à 3,5% en 2012 puis 0,5% à partir de 2020 -2025.

 

Le gouvernement flamand interdit les rejets polluants dans les ports maritimes, les flottes maritimes s’adaptent alors à la réglementation en développant un système complet de traitement des fumées avec stockage des eaux (« scrubber », cf. compagnie de dragage Jan de Nul), en développant des navires dual fuel / GNL (cf. compagnie de dragage DEME) ou en passant au GNL à 100%.

 

Les premières réflexions sur le sujet du GNL ont démarré en 2012 sur le sujet de la sécurité des installations ; elles impliquaient les ports maritimes flamands et le gestionnaire du réseau gazier Fluxys. Puis fut élaboré le schéma de base de la chaîne d’approvisionnement :

 

Le port de Zeebrugge est équipé d’un navire de soutage d’une capacité de 5000m3 (Engie), d’une station d’avitaillement véhicules GNL et GNC et d’une station d’avitaillement pour navires GNL. Zeebrugges et Anvers développent également une fonction « truck to ship ».

 

Les navires de haute mer carburant au GNL bénéficient d’une réduction de 10% des droits portuaires ; quant aux barges fluviales, la réduction est réhaussée à 15%.

 

Les voies fluviales commencent à s’équiper : le port d’Anvers assure des opérations d’avitaillement pour barges « trucks to ship » deux fois par semaine. Des subventions allant jusqu’à 30% permettent le rétrofit des barges pour passer au GNL ; problème cependant, les réservoirs GNL sont trop gros pour les barges de petit gabarit et empiète trop sur l’espace commercial.

 

Pour les infrastructures GNL dédiées aux véhicules, la région flamande a bénéficié de plusieurs programmes européens : LNG Blue Corridor pour la première station GNL, master plan Rhin-Main-Danube (Ten-T-MAP 2012) pour la station GNL du port d’Anvers, programme CEF pour les stations GNC de Bruxelles et 2 stations GNC-GNL à Anvers. Depuis 2015, les véhicules privés roulant à l’électricité, à l’hydrogène ou au GNC/GNL sont exonérés de l’équivalent de la vignette automobile. Des subventions substantielles sont accordées pour le  retrofit diesel vers gaz des camions (30% maxi), la construction des stations GNL (40% maxi), le retrofit des barges diesel vers gaz (30% maxi) et l’achat de trucks GNL (26%) et GNC (15%).

 

Pour KLAAS VAN CAUWENBERG, il est important d’avoir une politique publique qui encourage la transition des carburants mais sans prendre la place du marché.

Posté le 22/10/2018
Logo devenir membre Devenir membre Logo contact Inscription à la newsletter